«Reddition à la grecque»!

DSC09428

Analyse de Jean-Michel Demetz, spécialiste de la politique européenne (L’Express, 25 février 2015). A la page 78 de L’ Express il y a l’annonce d’une croisière aux sources de la civilisation grecque. Car les Grecs «ont inventé la démocratie, la philosophie et le théâtre» – nous dit L’Express qui l’organise.

Et à la page 66 on trouve un article assez enfantin de Monsieur Demetz sur les Grecs d’aujourd’hui supposés assez anciens mais très inférieurs à leurs ancêtres.

Prenons quelques-uns de ses inconsistances phrase par phrase:

Les dirigeants de Syriza se sont trouvés isolés à Bruxelles – nous dit le spécialiste de l’Express

Cher Monsieur, «vous introduisez l’hibou à Athènes», comme disaient nos anciens (ces inventeurs de la philosophie dont     la déesse Athéna avait donné son nom à leur cité, Athéna qui tenait le hibou comme symbole de sa ville). Vous prétendez d’avoir constaté ce que tout le monde -sauf les «spécialistes» de la politique européenne- savait: que ce nouveau gouvernement grec (à propos, le premier d’une Gauche radicale à être élu dans toute l’histoire mondiale) allait bien entendu se trouver isolé parmi les dirigeants bien habillés de la bourgeoisie Européenne. Seul un «spécialiste» français était capable d’imaginer que le «Brussels Groupe» se précipiterait de couvrir de baisers les Syrizistes Tsipras et Varoufakis.

Tsipras et Varoufakis ont cédé aux exigences de leurs créanciers européens – d’après le spécialiste Demetz

En bon journaliste, vous ne citez ni ce que les Grecs ont demandé ni ce que les «créanciers» ont exigé. Ni vos sources d’ailleurs. Car vous seriez obligé de révéler qui se cache derrière votre article. Qui n’est autre que Her Wolfgang Schäuble. Le monde entier connaît, Monsieur le «spécialiste», ce que les Grecs ont exigé, ce que les Eurocrates ont demandé et ce que chacun a cédé. Oui, la Gauche grecque au pouvoir a reconnu la dette grecque, avant les élections. Un vrai spécialiste l’aurait su, n’est-pas? Une dette qui, pourtant, n’a pas été commise par la Gauche. Mais par les amis de vos amis de la Droite. Une Commission du Parlement grec est en train de chercher comment cela a été possible. Eventuellement avec quelle complicité de vos amis européens.

Le nouveau pouvoir, issu de l’extrême gauche pourra-t-il résister à ce revirement? dixit Monsieur le «spécialiste»

D’abord, un vrai «spécialiste de l’Europe» -et donc de la Grèce- devrait suivre de temps en temps au moins ce qui se passe dans les pays dont il est supposé d’être le spécialiste, n’est-ce pas, Monsieur? Eh! bien, la réalité est que le peuple grec, comme un seul homme, s’est mis immédiatement derrière ce gouvernement de gauche et les plus nombreux dans cette foule de supporteurs sont des électeurs de Droite! Oui Monsieur. Et cela est aujourd’hui plus que confirmé par cinq sondages successifs -depuis le début jusqu’à hier matin (31 Mars 2015). Mais les vrais «spécialistes» se contentent de s’informer auprès de leurs amis politiques. Sauf que les amis grecs de vos conservateurs européens sont descendus entretemps au 6% dans les sondages!!! Ses électeurs bien que de droite encouragent leur gouvernement -de gauche!- de taper sur la bande de technocrates européens qui vous encourage d’écrire des contre-vérités. Pour détourner l’attention de vos lecteurs; je pense. Vos amis européens connaissent bien les sondages grecs mais ils vous les cachent. Ils savant bien que Monsieur Tsipras est aux nués, aux sondages. De 36% au moment des élections il est arrivé à 75% aujourd’hui!!! D’un seul coup. (Prend garde de tes spécialistes, peuple de France!)

Et puis, parlons de la facilité ignoble (oui, ignoble, pour un leader d’opinion) facilité très populaire d’ailleurs parmi les journalistes européensm d’appeler Syriza «extrême gauche». J’avoue que certains spécialistes sont excusés pour leur pauvreté de langage. Mais ce n’est pas si difficile de savoir qu’en Grèce il y a au moins 5 parties politiques qui sont fiers d’être considérés d’extrême gauche. Entre autre, le Parti Communiste Grec! Syriza se qualifie de Gauche radicale, pour se distinguer de la fausse «gauche» du parti socialiste grec, le PASOK.

Syriza est issu du Front National de la Libération (EAM) principale organisation de Resistance contre les occupants allemands, italiens et bulgares pendant la 2ème Guerre Mondiale. (C’est un membre de l’EAM qui vous parle!). L’EAM était une alliance de communistes, socialistes et libéraux de Gauche. L’influence du partie communiste était la plus forte. Mais l’entée des troupes soviétiques en Prague a fait que les communistes démocrates ont quitté l’appellation «communistes» étant opposés au soviétisme et à la dictature du prolétariat. «Podemos» semble être l’équivalant de Syriza en Espagne. Donc pas «extrême gauche» Monsieur, sinon, vous seriez obligé de nous expliquer ce qu’est l’extrême gauche pour vous les spécialistes.

Reddition «à la grecque»

Ce n’est peut-être pas vous le responsable du titre de votre article, mais reconnaissez qu’il est assez insultant.

Dans leur histoire mondiale, les Grecs n’ont pas la réputation de se rendre facilement. Reddition à la française, ça peut s’écrire, mais reddition à la grecque ce n’est pas très historique, n’est-ce pas Monsieur le spécialiste? Prenons les faits les plus récents. Les Allemands ont mis dix fois moins de temps pour occuper la France que d’occuper la Grèce, malgré le fait que les troupes grecques se trouvaient en Albanie, à l’époque, en train de pourchasser un demi-million de troupes Italiennes. Des troupes que Mussolini avait lancées contre la Grèce. Je parle de ces mêmes Italiens dont une infime partie a mis deux jours pour occuper sa part du territoire français. Je vous offrirai un détail historique, européenne quant-même, lequel a échappé aux «spécialistes de la politique européenne» jusqu’à maintenent. Quelques jours après la fin de combats en Grèce, Hitler -qui n’a pas fait prisonnier l’armée grecque- a invité à une unité de combattants -ennemis!- grecs à défiler à Berlin et montrer au peuple allemand -et aux prisonniers de l’armée     française     alignés sur les trottoirs- «ces qui sont les vrais soldats». (Lisez le discours d’Hitler du 5 mars 1941 au Reichstadt pour l’apprendre). Changez donc le titre de votre article, même rétrospectivement Monsieur, s’ il vous plait.

(Ce n’est pas un nationaliste «à la française» qui vous parle, mais un citoyen du monde).

Rien qu’avec les titres et les sous-titres de votre article, Monsieur le spécialiste, on peut imaginer ce que cache la suite! Une série de contre-vérités sinon des insultes inspirés de l’Allemand Wolfgang Schäuble dont vous semblez vouloir être le disciple. Que des phrases autour d’un mot: «capitulation!»! Pas de la capitulation de la France devant Hitler, mais de la Grèce devant un gauleiter nommé Wolfgang Schäuble!. On peut parler de gauleiter lorsqu’on découvre comment notre spécialiste de l’Express termine son article. Lisez: «Le Protectorat de facto a été imposé par les Européens sur l’Etat grec depuis 2010»! Et (en jouant sur une déclaration de Yannis Varoufakis) «ce protectorat ne sera prêt de s’achever si les reformes ne seront pas appliquées»!!!

 

On croit attendre la voix de Wolfgang Schäuble. Seulement, Varoufakis vient d’être élu par un questionnaire de la revue britannique PROSPECT «Penseur Numéro Deux du monde», derrière le Prix Nobel Thomas Piketty! Tandis que Schäuble demeure un gauleiter prussien… Pourquoi notre ami le «spécialiste de la politique européenne» le suit dans un pétainisme de plus en plus ambiant, mystère…  

Robert Manthoulis

3/4/20153

 

P.S. 1

Voici, Monsieur le spécialiste, ce que le «Brussels Group» a essayé d’exiger du nouveau gouvernement grec, sans succès. Il vous sera utile pour vos analyses européennes futures:

-Réduire les salaires des fonctionnaires et les retraites de 40%.

-Réduire le nombre de fonctionnaires de 30%.

-Vendre 80% de services et effectifs de l’Etat aux entreprises privées.

-Augmenter de 25% la TVA, partout.

-Augmenter les impôts globalement de 20%

Le «Brussels group» a demandé au premier ministre bulgare de déclarer «nous avons fait tout cela, pourquoi pas les Grecs?» tout en sachant que le niveau de vie en Bulgarie est à 70% inférieur à celui de la Grèce! (Lequel niveau de vie grec est égale a celui de la France).

Notons que bien que l’amie du «Brussels group», la Droite grecque, est responsable de la Dette grecque, le gouvernement de la Gauche accepte de la payer. Mais étalée sur plusieurs années, pour éviter de plonger le pays dans une austérité assassine. Rappelons à nos spécialistes que le chômage en Grèce est de 30% et que le nombre de suicides est arrivé à 2.300 par an).

P.S. 2

L’économiste et prix Nobel Thomas Piketty écrit dans Les Echos cette semaine à propos de dettes: Nous avions de crises bien pires dans le passé. En 1945, la dette de la France et de l’Allemagne est arrivée à 200% du PIB! Est-ce qu’ils l’ont remboursé avec l’excédent, tout simplement? Bien sûr que non! Sinon on serait encore là. Il y a eu aussi bien restructuration et effacement. Mais à propos de la Grèce, il y a une amnésie historique des Européens surtout de l’Allemagne. Chose très ennuyeux pour un pays (la Grèce) pour lequel la mémoire historique est très importante. J’insiste sur ce point. L’amnésie historique nous coûte très cher.

P.S. 3

Voilà ce qu’il a twitté le philosophe EDGAR MORIN le 31 Mars, à l’intention de nos eurocrates: On verra plus tard que l’abandon de la Grèce sera aussi grave que l’abandon de la République espagnole.

P.S. 4

Parlons d’amnésie historique. Entre 1941 et 1944, l’Allemagne avait confisqué 60% des produits agricoles de la Grèce. Pour nourrir les troupes allemandes d’occupation, pour expédier une partie de ces produits agricoles aux troupes de Rommel en Libye et une autre partie en Allemagne, pour nourrir sa population. On calcule à 3 trillions d’Euros le coût de cette hémorragie. (Le coût des produits, pour être plus précis). A cause d’elle, il y a eu la famine généralisée en Grèce. Le nombre de morts est connu: 600.000 (morts uniquement de la famine). En 2001, deux juifs vivants aux Etats Unis (Kurt Julius Goldstein, âgé de 87 ans et Peter Gingold, âgé de 85 ans) ont demandé 40 milliards de dollars chacun pour avoir été utilisés comme des esclaves dans les usines d’acier de Silésie (CSSC) propriété du notable Nazi Fritz Thyssen et du notable Texan Prescot Bush (père de George Bush Sr). Vous ne trouvez-pas normal, vous Monsieur Demetz, que la famille de chaque Grec mort de la famine délibérément provoquée par vos propres ancêtres prussiens, je m’adresse à vous Monsieur Schäuble, d’exiger au moins la même somme que les deux israélites, or une somme totale de 2.400.000.000.000.000 Euros; A cela on doit ajouter, n’est-ce pas, la dette allemande de 11 milliards d’Euros dont le créancier était la Grèce! Il s’agit de l’équivalent en Drachmes de la somme que les Allemands ont extirpé des caisses de l’Etat grec du temps de l’occupation. Je vous laisse faire les additions qui conviennent.

P.S. 5

Les spécialistes français de la politique européenne savent-ils que le gauleiter Wolfgang Schäuble n’a pas pu être élu président de l’Allemagne car lorsqu’il présidait son parti il a été mêlé dan le désormais célèbre scandale de la vente d’armes et que lorsque notre gauleiter était ministre de l’intérieur il avait proposé l’assassinat préventif des personnes supposées d’être terroristes et que la personne qui l’a rendu estropié, en essayant de l’assassiner, a été libéré mystérieusement peu après son tentative d’assassinat contre ce Monsieur Schäuble, ministre de la Police à l’époque ???

Advertisements

Σχολιάστε

Εισάγετε τα παρακάτω στοιχεία ή επιλέξτε ένα εικονίδιο για να συνδεθείτε:

Λογότυπο WordPress.com

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό WordPress.com. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Twitter

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Twitter. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Facebook

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Facebook. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Google+

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Google+. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Σύνδεση με %s